Johnny's no good

par ksf  -  12 Décembre 2009, 11:29  -  #Écrits

Ah que tout le monde est inquiet depuis que Johnny est hospitalisé. En sortira, ou pas, ou les pieds devant… ?! De facto, Johnny's no good, il passera 48h de plus dans le coma, et l’on ne parle plus que de ça. “Il se bat bien“, déclare Nikos, ganache patentée du Paf. “Il est très fort“, enchérit son fils, le courageux David. “Les choses sont aussi bien qu’elles peuvent l’être“, ajoute Jean-Claude Camus, le producteur de la tournée de l’idole des “jeunes“.

Johnny est toujours le roi du ring ! The king of French Rock ! Ooouuuh, Johnny be good, parce que la Fraaaaance, elle a besoin de toi…
 

Certes, tandis que je me gausse de cet événement qui fait trembler le pays, chez Optic 2000, la tension -et pas celle de l’œil-, est à son comble, Gstaad est en émoi, et Saint Barth’ ne se réjouit pas non plus, car le chanteur n’y viendra pas réveillonner cette année…

Plus cancéreux que les faits divers, tumeur ! Et revenons à la fin de l’été dernier, quand Johnny n’avait rien de grave. Non, c’est vrai, Jean-Philippe avait juste un "petit cancer sur le côlon"… un truc sans conséquence. Il le disait lui-même : “Au tout début, je n'avais presque rien", qu’il avait dit, avant de préciser, "cela aurait pu devenir plus grave si l'on avait attendu plusieurs mois". Étonnant, non ?! Et toute la presse était mobilisée, pendue aux nouvelles.
 

Remontons encore plus tôt, quand Johnny a eu sa grosse crise identitaire. Elle n’est pas passée inaperçue non plus. Devenir Suisse ou redevenir Belge, telle était la question. To be Suisse or to be Belge, but to be free -of tax bien sûr- !
 

Mais faut-il être sot aussi pour gagner autant d’euros… et si fâcheux de devoir payer beaucoup d’impôts. Que nous avons la mémoire courte ou sélective -enfin quand je dis nous, c’est comme au football, je ne joue pas, je parle des fans en général et du pays France en particulier-. Tous responsables voire coupables quand on achète les disques et les produits dérivés de son idole. En gonflant le pouvoir d’achat du chanteur, les fans ne se rendent pas compte qu’ils sont à la source de ses difficultés financières. C’est ballot, mais c’est ça les fans, ils aiment, ils s’impliquent sans compter, sans réfléchir, sans peser les conséquences !

De fait, le chanteur est devenu un monstre aussi sacré qu’une vache en Inde, et son cas, une affaire nationale. Johnny “belle gueule“, la star, ah que oui, la bête brille sur scène ! Cependant, comme à l'ouest il n'y a rien de nouveau, la presse rabâche le même bulletin de santé depuis 24h et les mêmes déclarations de proches... Et alors que la France s’émeut du sort de Jean-Philippe Smet alias Johnny Hallyday, un neurochirurgien, stigmatisé par l’entourage du chanteur, s’est fait agresser devant chez lui par une bande de crétins cagoulés. Il a suffi d’une étincelle, d’un rien, d’un geste… pour allumer le feu. Bref, des allumés, au nom d’un fanatisme quasi religieux, ont pris sur eux de jouer les zorros ! Mais que fait Bernardo ? Ah, que flûte, c’est vrai qu’il est muet le bougre… 

 

Pour ma part, quel que soit le prochain bilan médical, les hypothèses et autres polémiques, tout ce tapage est bien indigeste !

 

 


johnny-halliday-392169.jpg