Hauts de Seine : l'UMP la plus bête de France

par ksf  -  9 Mars 2012, 16:32  -  #Politique

Article écrit par Anthony Rech publié sur www.seinepolitique.fr

La patron de l’UMP, Jean-François Copé doit rendre sa décision sur l’exclusion de Thierry Solère, le vice-président du Conseil Général des Hauts de Seine cette semaine. Le 16 février dernier, l’UMP des Hauts-de-Seine s’était prononcée pour son bannissement.  Motif : le dissident se présente face à Claude Guéant aux élections législatives à Boulogne-Billancourt.  Une aberration pour Mathieu Barbot, conseiller municipal UMP à Boulogne-Billancourt.

 

Thierry Solère exclu de l’UMP ? La candidature dissidente du vice-président du conseil général du 92 aux élections législatives sur la circonscription de Boulogne-Billancourt passe mal dans les hautes sphères du parti majoritaire. Face à la ténacité du conseiller municipal, le bureau politique UMP du 92 s’est prononcé à l’unanimité pour l’exclusion du parti de Thierry Solère, le 16 février dernier. Mais avec ce genre d’attitudes, « on relance la machine à perdre. Les Hauts-de-Seine ont l’UMP la plus bête de France », critique Mathieu Barbot, conseiller municipal (UMP) de Boulogne-Billancourt, avant de surenchérir, « il faut se rassembler autour de Nicolas Sarkozy. Nous n’envoyons pas un bon signal». En décembre dernier Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, a annoncé son intention de briguer la députation de Boulogne-Billancourt. A 67 ans, c’est une première dans sa carrière, qui s’annonce donc plus difficile qu’un simple parachutage en douceur. Et l’élu boulonnais va même plus loin. Pour lui la fédération du 92, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, a la tête à l’envers :

 

Deux poids, deux mesures

« Ce n’est pas un pari anti-sarkozy. Thierry Solère s’inscrit dans la logique de Nicolas Sarkozy et travaille pour sa réélection. On peut être sarkozyste et ne pas accepter le dictate d’une commission d’investiture », confie Mathieu Barbot. Claude Guéant a vécu cinq ans à Boulogne-Billancourt lorsqu’il était secrétaire général de la préfecture du département. Ce qui lui permet de briguer le mandat. Mais face à la proposition de primaire internet de Thierry Solère, le haut fonctionnaire a rétorqué : « le combat n’est pas loyal. Vous êtes là depuis dix ans et moi dix jours ». Une question de légitimité à laquelle les Boulonnais sont attachés. Et Thierry Solère, élu boulonnais depuis dix ans, est fort de ses 62 % obtenus au second tour des élections cantonales de 2011. Mathieu Barbot estime qu’avec cette possible exclusion du conseiller municipal, les différences de traitement sont claires au sein de l’UMP :

 

« En tant qu’habitant, je ne veux pas que l’on m’impose un candidat. Je voterai pour un candidat UMP, donc pour Thierry Solère », revendique Mathieu Barbot. « Tous les ingrédients sont réunis pour que le parachutage se transforme en crash. Quoiqu’il en soit, la primaire se fera devant les électeurs les 10 et 17 juin prochains ». L’avenir du dissident est-il déjà scellé au niveau de l’UMP nationale ? Quoiqu’il en soit, à Boulogne la résistance anti-Guéant s’organise. Un collectif de citoyen s’est engagé contre l’arrivée du ministre de l’Intérieur.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :